Quelques Usines désaffectées de la Loire

 Ondaine

La Moyenne Forge démantelée

La nef centrale, souvenir décharné de l'exposition universelle de 1889. Un semblant de HDR pour accentuer l'ambiance pesante de ce monstre d'acier réduit à néant. Mais laissons parler le silence des images et la lourdeur du ciel.



Suite Zone 9


Friche A

Première visite de cette friche immense sous une chaleur écrasante. Un hommage silencieux à cette usine de laminoirs, laminée, qui a déchaîné les passions en 2009. Les photos sont là pour témoigner, mais rien ne peut remplacer l'ambiance pesante qui règne le long de ces murs aux figures psychédéliques, cette odeur qui enserre la gorge et ne la lâche plus tout le long du parcours parsemé de fosses et de cuves profondes.



Suite Zone 1


Friche FY

Un Spot récent  à Firminy où il a été nécessaire d'enjamber, grimper et se faufiler. Les dégradations étaient plus importantes que dans d'autres friches visitées récemment (voir onglets). Certains artistes tentent de valoriser le patrimoine industriel à l'abandon, d'autres en profitent pour tout saccager. Dommage.


 
Suite Zone 16




Usine TZ à Saint-Etienne

Dire que des milliers de véhicules passent dans cette rue à toute allure...
Je me suis arrêté, interpellé par le regard de cette vieille, scotchée sur les vitres par nos artistes locaux, Ella & Pitr.

 



Ce lieu est devenu inaccessible quelques semaines plus tard, car le seul accès a été muré. Pour visiter ce qui sera prochainement détruit sous le regard de deux Men in Black ou des Blues Brothers (à vous de les dénicher et de choisir), c'est par ici :
Suite Zone 4






Usine Elec Saint-Etienne


Bon, d'accord, Tony Gatlif tourne son dernier film, Geronimo, dans cette usine désaffectée. 
Mais je pourrais dire, j'y étais moi aussi... quelques mois plus tôt, seul, incognito, presque par hasard, sans savoir que ce lieu abandonné avait une nouvelle vie à portée de mains.



Suite Zone 3




ZAC Espace B V

Plusieurs jours d'attentes pour trouver une entrée et organiser un parcours rapide mais surtout minimiser les rencontres imprévues : j'ai dû rebrousser chemin au dernier moment tandis qu'un joyeux feu de camp s'élevait de l'intérieur d'un hangar (!) et que des verres s'éclataient contre les murs.


    

Allez, encore un clic en-dessous pour découvrir un pochoir d'Eminem, un coffre-fort et surtout des odeurs dont moi seul me souviens.



Suite Zone 13



On n'arrête pas le Progrès

Une visite entre obscurité et couleurs, dans un lieu où la nature reprend ses droits.

Vous pouvez retrouver ces photos en montage sur YouTube pour faire un clin d'oeil à
Ladamenrouge qui a posté une vidéo du même lieu quelque temps auparavant.
Utube




Suite Zone 14



Le Gier

Après le fracas, la silencieuse tristesse de D. Une escapade de 2 h au travers des 18 000 m² de cette entreprise envoûtante qui ne peut laisser indifférent, tant par son passé animé, que par l'abandon qui la caractérise aujourd'hui. Seuls le vent, les bruits de verre, la chute d'un objet quelque part loin devant et les portes inutiles qui claquent comme pour se souvenir, m'ont accompagné tout au long de cette étrange visite.




En cherchant bien, vous trouverez peut-être des images inhabituelles à ne pas mettre entre toutes les mains...

Suite Zone 15 

Friche NV

Comme d'habitude, l'extérieur est toujours accueillant :


Mais pratiquer l'urbex, c'est aussi être le témoin de la destruction de ces lieux à l'ambiance saisissante et aux couleurs chaque fois différentes et participer d'une manière fragile et éphémère, à leur sauvegarde.

Après quelques pas discrets, une porte rouillée, si petite et entrebâillée, ne demandait qu'à s'ouvrir, pour offrir des milliers de m2 dont l'avenir n'est pas si sombre : parc, aires de jeux, salle de spectacle, les projets sont nombreux. 

En attendant, la poésie du silence déchiré par les craquements de la toiture et les bris de verre est celle que je propose :

Suite Zone 6


Toscane

Une petite exception pour ce spot qui ne correspond pas au périmètre que j'explore habituellement : la Loire, du Gier à l'Ondaine. Situé à plusieurs centaines de kilomètres d'ici, un vieil entrepôt perdu en pleine Toscane commençait à démanger mon Olympus. Je m'y suis rendu en fin de journée et après m'être faufilé à travers le grillage éventré, voilà le paysage étrange et angoissant qui sommeillait et ne demandait qu'à s'éveiller.


Si vous voulez savoir à qui appartient cette main, c'est par ici :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire