Le camping abandonné


Un petit coin tranquille en Espagne, à peine perturbé par un vent timide qui joue avec les feuilles mortes et s'amuse à faire claquer les portes, comme pour me donner l'illusion que je ne suis pas seul...


A travers les douches et autres lieux intimes, le regard interroge le silence incertain. Le coeur palpite. A quelques dizaines de mètres, la route principale s'anime. Les maisons les plus proches sortent de la torpeur du début d'après-midi. Rester discret surtout. La réglementation espagnole en matière d'urbex est plus stricte. Je commence à suer et la chaleur n'y est pour rien. Pourtant je ne prends que des photos.




Me voilà au grand jour. Le soleil cogne. Aucun bruit. Cette piscine immense dans laquelle s'est égarée une chaise, n'en est que plus dérangeante.




Un peu plus loin je me faufile dans les cuisines et le bar. Le menu avait l'air sympa.



A chacun de mes pas, une poussée d'adrénaline compense l'envie subite de mojito.




Là-bas, des petits chalets. Je pénètre dans celui qui me semble le plus accueillant.




Moi qui suis toujours partant pour une partie d'échecs, je me rends compte que la chaise de mon adversaire est vide. De toute façon les pièces avaient disparu.




Puis la porte me montre le chemin du retour.

















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire