La friche pas si déserte que ça mais pour des raisons différentes



Bon, tout d'abord dire bonjour aux petits Roms de 2-3 ans qui jouaient dans le coin (!), ensuite discuter avec un groupe d'airsoft qui cherchait un lieu où se rassembler pour de nouveaux combats, puis m'immerger dans cet espace immense et chercher le silence...
C'est surtout ça en fait, être perdu dans un dédale de machines, de verres brisés, d'objets et de souvenirs pour personne et partir à la découverte de quelque chose. Quoi, je n'en sais rien. Je sais qu'André Breton, Bunuel, Desnos, et toute la bande de surréalistes aimaient déambuler dans les rues à la recherche du hasard, ce moment particulier qui allait les faire chavirer de l'autre côté. Cet incident décalé qui allait provoquer une rencontre intense et exceptionnelle. Comme si faire un pas de côté permettait de basculer dans une autre dimension, celle d'un monde inconnu, si proche, et que l'on oublie de regarder.

Allez, on pousse la porte.


Se familiariser avec les machines. Se prendre pour Terminator.



Se poser pour un instant de réflexion


et jouer à pile ou face



Voir avec plaisir que la nature se moque complètement de la déchéance qui l'entoure
(photo prise à un mois d'écart)



Je me suis pesé mais je ne dirai rien


Puis c'est le moment de s'engouffrer




Chercher quelques détails





Grimper pour voir si là-haut le silence est le même


et partager la tristesse des objets, parfois


 Puis des traces, pour rappeler que l'on est jamais seul




Regarder d'un côté

 

de l'autre


et finir par se lover dans un méandre de draps multicolores







Tout en bas n'oubliez pas de cliquer sur "Articles plus anciens"...















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire